plus que quelques instants avant la magie..

Je me réveille en sursaut, nous sommes un lundi, j’ouvre les yeux, regarde machinalement le dôme de mon ventre comme depuis plusieurs mois, je me demande ce qu’il m’arrive, une étrange sensation, de la douleur, là, en bas du ventre. Je me lève silencieusement, contourne mon amoureux qui dort, il est 3h00 du matin et le lendemain il travaille, alors je me réfugie dans le salon. Au fond, je sais bien ce qui m’arrive mais j’ai bien trop peur d’être déçue alors j’attends, j’attends que la douleur soit plus forte, j’attends de me sentir prête.. qu’il n’y ai plus de doute. Trois heures plus tard, les petits doutes sont partis, je me rallonge à côté de l’amoureux, me tortille, il ouvre ses yeux, et lui aussi, à son tour, comprend ce qui m’arrive, ce qui nous arrive, ou plutôt ce qui va nous arriver. Il me demande si ça va, je répond juste un petit « non » du bout des lèvres, sa main sur mon ventre, il touche pour la dernière fois la petite chose accrochée à mon cœur. Il a cet instinct ou me connait sans doute trop bien, il me dit qu’il est sûr que ce coup ci c’est pour de bon, 2 minutes plus tard on saute du lit, trop excités. Est-ce vraiment pour aujourd’hui ? Je regarde la date comme tous les jours depuis des semaines, nous sommes le 18 juillet, ça sera donc le 18. Lundi 18 juillet 2011. Alors on se prépare, tout est prêt, et à chaque chose faite, je me dis que « c’est la dernière fois que je fais ça avant qu’il soit là », un dernier regard dans le miroir, une dernière caresse aux chats, une dernière douche, un dernier dialogue ou plutôt un dernier monologue, une dernière déclaration d’amour de moi à mon ventre, je le rassure, je me rassure. Je lui dit que tout va bien se passer, que bientôt il sera là dans mes bras, qu’il sera parfait et que nous allons l’aimer. Je crois que je réalise alors, qu'au delà de ce ventre rond, il y a un bébé, qu'au delà de toutes ces fiches remplies ces derniers jours, au delà de ce statut, je vais être maman, je réalise. Je réalise vraiment que ce que nous avions appris il y a 4 mois n’était pas qu’une grossesse apprise tardivement mais qu’il s’agissait en faite d’un petit être de chair et d’amour caché là, derrière mon nombril. Je pleure un peu, je ne sais pas vraiment pourquoi. Le poids de tout ce chamboulement. Et puis la peur. Tout est prêt, tout sauf les clés de la voiture, nous les avons oublié la veille chez mes parents, nous nous étions dit que « demain matin, nous irons les chercher à la première heure ». Je ne veux pas paniquer, je ne veux pas qu’il le ressente, alors je réveille mon papa, de l’autre bout du fil, je lui dit qu’il doit venir, que nous devons y aller... Oui, j’en suis sûre. Et 10 minutes plus tard, c’est un papa un peu affolé qui arrive, à moitié endormi, à moitié réveillé, il s’agite, porte mes sacs, me demande toutes les 5 minutes comment je vais. Nous voilà tous les 3 à 6h00 du matin dans la rue, chargés de sacs, chargés en émotion. Mon père avance à toute allure, il a peur pour moi je crois bien, et moi j’ai mal de le voir mal, mon amoureux me retient un peu derrière, me temps un peu timidement une petite boîte, une petite boîte toute noir en velours, une boîte avec une bague dedans. Je la glisse dans mon sac de maternité, « quand il sera là ». Je préfère par superstition et puis je suis gênée par tant de bienveillance et d’amour envers moi, c’est ma façon de me cacher de toute cette émotion qui monte d’heure en heure. Mon père devant en voiture, nous derrière. Dans la rue, personne n’est encore levé, je commence à avoir drôlement mal, mais je suis heureuse, je n’arrête pas de regarder mon amoureux, je le trouve beau et j’ai hâte de le voir dans ce nouveau rôle, que je sais déjà fait pour lui. On est comme des enfants, ça nous rend fous, on se répète : « il va arriver », « c’est aujourd’hui ». On se dit nos derniers mots d’amour en tant que jeune couple sans enfant. A 3 minutes de l’hôpital, la rue principale est barrée, demi-tour, l’autre rue, elle est bloquée par les éboueurs. Moi ? J’ai vraiment mal, je me tords, me mords la lèvre, souffle, respire fort, ouvre grand la vitre, prends l’air, étouffe, j’ai mal... vite, je veux arriver, s’il te plaît, fait quelque chose. Demi-tour et il a roulé très vite, je me suis mise au fond du siège, je me suis agrippée : la route barrée, le feu rouge, dernier fou rire et nous y voilà ! On avance à grand pas tous les trois jusqu’à cette grande porte où m’attend derrière, la plus jolie aventure de ma vie, mon père ne peut pas venir, je sais qu’il est déçu, et qu’il a peur. Alors, il me prend dans ses bras, il m’embrasse les joues et me dit milles choses gentilles. Je le rassure, moi je n’ai pas peur. Je sais, mais tu es ma fille. Et il attendra 14 heures devant l’hôpital, posté pas loin de la grande porte à nous attendre, à m’envoyer des sms. Ma mère le rejoindra peu de temps après, mon petit frère aussi, ils nous attendrons tout ce temps, pas loin de moi, pour me donner du courage. Nous y sommes, et oui c’est sûr, c’est pour aujourd’hui, elles me l’ont dit, les filles habillées tout en blanc, le 18 juillet alors. Les heures passent dans nos blouses pas très jolies. Moi je suis cramponné à mon petit calepin et je note tout, je ne veux rien oublier, 3h30 début contractions, 5h30 réveil de l’amoureux, 5h50 arrivée de papa, 6h15 arrivée à l’hôpital, 7h00 salle accouchement, 9h00 péridurale ……nous entendons les bébés pleurer, arriver, un à un, nous entendons leurs premiers petits cris, nos cœurs se serrent un peu plus fort à chaque fois, et nous alors ? Nous, çe sera 14 heures plus tard. Nous, notre histoire, elle commencera à 20h17. — Ah oui, c’est un petit garçon et il s’appellera Noa. Depuis nous vivons dans les étoiles, je porte toujours ma bague, et nous n’avons plus de place sur nos murs. Demain, nous fêterons ses 1 an, et moi, je serais trop occupée à lui faire des bisous pour vous écrire ce billet là. ?

TU AS AIMÉ MON HISTOIRE ?
laisse-moi ton mot magique
Ophélie Mortas - 01/08/2016, 23:44 / RÉPONDRE
Ce billet est tellement émouvant, très poétique, 5 ans plus tard il me met la larme à l'oeil, je te souhaite plein de bonheur.
andare in Sardegna - 09/05/2016, 15:01 / RÉPONDRE
What's Happening i am new to this, I stumbled upon this I have discovered It absolutely useful and it has aided me out loads. I hope to contribute & help other users like its aided me. Good job.|
Lolo - 13/08/2015, 13:39 / RÉPONDRE
Moment magique et émouvant !
Teenage-Zombie - 13/08/2015, 10:23 / RÉPONDRE
Oh que je comprends que cet article ait pu être parmi tes favoris à écrire. Il est magnifique.
Mzelle cupcake - 05/08/2015, 10:58 / RÉPONDRE
Moi qui suis à la fin de mon 5ème mois avec toutes mes hormones, tu viens de me faire pleurer comme une madeleine lol. Tes articles sont vraiment très beau comme toujours, et c'est avec plaisir que je découvre ce magnifique billet. J'ai encore plus hâte de vivre ce moment, même si ma puce reste au chaud pour encore quelques mois. Bonne fin de grossesse et plein de bonheur avec tes hommes :)
LeBihan Solene - 04/08/2015, 19:58 / RÉPONDRE
Comme toujours, tes articles sont un moment de bonheur, d'enchantement, et puis tu en as d'autres, tel que celui ci qui est émouvant et tellement réjouissant! Merci de nous faire partager tout ton univers <3
Salima - 04/08/2015, 19:43 / RÉPONDRE
C'est tellement émouvant !
Alix - 04/08/2015, 19:11 / RÉPONDRE
Tellement touchant ton texte Natacha, j'avais le coeur gros et les yeux embués en le lisant :)
Stéphanie - 04/08/2015, 19:04 / RÉPONDRE
Le passage où tu expliques que ton papa a attendu tout ce temps m'a fait verser une larme!
Virginie Chaffraix - 12/09/2014, 11:07 / RÉPONDRE
Je n'avait pas encore lu cette article et whaou mon dieu voila je pleure comme une madeleine, c'est tellement touchant et je ne peut m'empêcher de repenser à le naissance de mes enfants ma plus grande ayant le même âge que ton Noa, c'est un post trés émouvant et magnifique, merci Natacha pour tout ce que tu nous fais partager et ressentir grace à tes textes tu me fais revivre ce moment comme si c'était hier même si j'y repense souvent voir cette article avec des mots sur ce que tu à vécu et ressenti me rapelle ce que j'ai vécu et ressenti cela me rend nostagique mais surtout trés heureuse et me rappelle tout ce bonheur cette joie cette peur ces larmes leur petits cris dans mes bras, merci, merci, merci <3
Emilie - 12/12/2013, 17:22 / RÉPONDRE
j'ai été terriblement touché par ce joli billet que tu as écrit, il y a quelques temps déjà. Je me suis cru dans ton histoire et c'est comme si, j'avais l'impression d'être près de toi en te lisant. Tu écris très bien, et je te souhaite bcp de bonheur, jolie Noatacha ! ;)
Nowelie - 07/01/2013, 01:48 / RÉPONDRE
Je rerererererepleure je t.envie j'en rêve tellement
paLomah - 31/07/2012, 12:36 / RÉPONDRE
Ton texte est vraiment DINGUE, mais surtout rempli d'amour. Merci de partager ça avec nous ! Tu m'as émue aux larmes :) Et même si je suis en retard... Joyeux anniversaire Noa <3 !
Dlf - 30/07/2012, 18:22 / RÉPONDRE
Trop mignon... Joyeux premier anniversaire petit Noa ! BisouS douX
Natacha Birds - 30/07/2012, 17:50 / RÉPONDRE
Je ne vous répond pas individuellement, mais je vous remercie vraiment à vous toutes pour vos gentils commentaires !! encore merci de nous suivre.. <3
Phaneeh - 26/07/2012, 15:42 / RÉPONDRE
Pfouh, ça m'a tiré une larme :')
Sabrina C - 20/07/2012, 18:54 / RÉPONDRE
Je n'ai pas de mot tellement c'est beau <3
Sparkling - 19/07/2012, 23:21 / RÉPONDRE
Magnifique billet ! et bon anniversaire à votre petit homme, votre petit bout d'amour :)
Mamanbavarde - 19/07/2012, 19:59 / RÉPONDRE
En retard, un magnifique anniversaire à ce sublime petit bonhomme....Et bravo pour cet article super beau et émouvant!
Pimyko - 19/07/2012, 13:19 / RÉPONDRE
La larme à l'oeil ... C'est écrit d'une façon si ... touchante, émouvante et remplis de douceur. C'est d'une beauté troublante (dans le bon sens du terme bien sûr). Joyeux anniversaire à Noa ^^ (en retard)
RETENIR MON INSCRIPTION POUR MON PROCHAIN PETIT MOT